Vieux C** / Jeune Con** – Conflits Générationnels au travail

Nous sommes tous le vieux ou le jeune de quelqu’un, la vieille, la jeune.
Et nous pouvons être con ou conne par moment.

Mais quand cela se cristallise dans un conflit générationnel au travail, ce n’est pas juste un problème de quotient intellectuel qui nous énerve…

Vieux C** / Jeune Con** – Conflits générationnels au travail (Version Audio)

Vieux C** / Jeune Con** – Conflits générationnels au travail (Version Texte) :

 

Bonjour,

 

Nous sommes tous le vieux ou le jeune de quelqu’un, la vieille, la jeune.

Et nous pouvons être con ou conne par moment.

Mais quand cela se cristallise dans un conflit générationnel au travail, ce n’est pas juste un problème de quotient intellectuel qui nous énerve chez les vieux cons ou les jeunes cons.

 

Il y a des études bien intéressantes sur les différences de valeur entre les générations au travail.

C’est évidemment un peu schématique et tout le monde ne rentre pas dans ces cases, mais cela peut expliquer pas mal de conflits au travail.

Les valeurs, c’est notre colonne vertébrale, et on n’en change pas tous les matins.

Ce sont elles et leur priorité relative qui vont guider mes décisions et structurer mon monde mental.

Le conflit entre Raison et Plaisir :

Dans les organisations aujourd’hui, vous avez en gros 4 générations qui cohabitent, j’ai d’ailleurs fait une vidéo sur le sujet.

Mais en termes de valeurs, on pourrait résumer cela en une tension un peu freudienne entre le principe de réalité et principe de plaisir :

  • Les plus âgés – disons après 40-45 ans – qui ont souvent connu des marchés du travail peu favorables en début de carrière, qui ont vécu la crise financière de 2008 sont dans une logique de raison, avec un fort principe de réalité.
  • Les plus jeunes – disons avant 40-45 ans – mettent plus en priorité leur qualité de vie, leur liberté et leur plaisir.
    Soit parce qu’ils l’ont eu plus facile dans leur recherche d’emploi, je pense au Canada, soit au contraire que cela n’a pas toujours été facile, je pense plus à la l’Europe, et qu’ils ont peu d’illusions sur le monde du travail.

Cela donne 2 visions bien différentes du travail, de la carrière et de l’échange qui se fait via le monde du travail.

Cas 1 :

Imaginons que j’ai sacrifié mon équilibre de vie pendant des années pour ma carrière car c’était une condition nécessaire à l’époque : faire des heures au boulot, bosser fort étaient des signes d’engagement indispensables pour progresser dans les échelons.
Un cas classique dans les structures pyramidales des cabinets de consultation ou d’avocat des années 90-2000, et parfois encore maintenant.

Donc je suis enfin rendu directeur ou associé dans ce genre de structure et je vois des nouvelles recrues qui parlent d’équilibre de vie et partent du bureau à 18h. Et qui ne voient d’ailleurs pas pourquoi cela pourrait freiner leur carrière. Un peu choquant…

Et en plus du conflit de priorité de valeurs, cela pourrait être en plus très inconfortable au fond de moi de me dire que je me suis peut-être fait avoir pendant 10, 20 ou 30 ans…

Cas 2 :

A l’inverse je suis ingénieur avec quelques années d’expérience, j’ai choisi ce job parmi plusieurs propositions alléchantes.
Mon objectif contrecarré par la Covid, c’est de voyager, d’ailleurs pourquoi pas en télétravail.
Si j’ai grandi dans un monde d’évolution permanente des technologies, où ma débrouillardise est clé pour aller chercher l’information au moment où j’en ai besoin, le respect de la hiérarchie ou des procédures n’est pas forcément prioritaire quand je dois résoudre un problème.

Et mon chef qui me donne du feedback un peu négatif sur ces détails n’a vraiment rien compris…

Clairement 2 visions du monde différentes !

 

Il y a alors 2 risques majeurs : le biais de conformité et la critique.

Quand nos valeurs ou nos croyances sont mises en danger, nous préférons souvent transformer la réalité plutôt que remettre en cause nos croyances.
Et une bonne manière pour cela est de rejeter la faute sur l’autre.

Et cela pourrait donner : ces jeunes embauchés, totalement irresponsables, désengagés, etc.. des jeunes cons.
Et les chefs ringards, des vieux cons !

Ce sont bien sûr des caricatures mais là où je veux en venir, c’est que dès qu’il y a conflit de valeurs, vous risquez de rentrer dans une spirale négative : chacun voulant convaincre ou donner des leçons à l’autre à partir de son point de vue.

Et aussi parfois dans des réactions de type passif-agressif : plus tu me forces à rentrer dans les cases, plus je fais les choses à ma manière et dans mon coin.

Donc le premier stresse et essaie de contrôler encore plus, et le 2ème esquive encore plus.

 

Générations au travail : les organisations doivent s’adapter.

Pendant longtemps, les « anciens » qui étaient souvent les supérieurs hiérarchiques avaient l’avantage à la fois du nombre et de la position et c’était aux jeunes de rentrer dans le moule.
Leur motivation en prenait parfois un coup mais il n’y avait pas forcément de conflit ouvert.

Aujourd’hui, le rapport des forces en présence est en train de changer, surtout dans des secteurs qui évoluent vite.
Donc si vous êtes cerné de jeunes cons, cela pourrait être urgent de tenter de les comprendre et de changer votre mode de management pour les intégrer et les motiver ?.

Et pour cela pas besoin forcément de babyfoot à tous les étages.

 

Et au niveau individuel, à vous d’éviter le conflit de valeurs.

Quand vous avez des visions différentes de la vie, vous pouvez essayer de convertir l’autre ou de lui expliquer la vie et le faire rentrer de force dans votre système. Les résultats dépendent de qui a le bon bout du bâton.

Vous pouvez aussi attendre ou fuir la discussion et créer des ghettos entre soi, avec des organisations différentes selon les générations. Pour caricaturer, des organisations costard gris d’un côté et des organisations jean troué en télétravail de l’autre. Mais le temps passe et la stratégie n’est pas très pérenne pour les 1ers.

Et vous pouvez collaborer, chacun devient plus flexible pour tirer parti au mieux des forces respectives…. Cela vous intéresse ?

 

Si vous voulez mieux comprendre vos collègues, mieux collaborer en équipe et dépasser ces différences entre générations, un coach professionnel peut vous aider ?.

 

Si ces sujets autour de la vie au travail vous intéressent, abonnez-vous maintenant à ma chaine, en activant les notifications pour être prévenu des prochaines vidéos.

Et vous pouvez vous inscrire également à ma Lettre d’Inspiration mensuelle avec le lien ci-dessous.

 

A bientôt !

Guillemette Moreau, Coach de Dirigeants et Coach de Carrière.

Q
Coaching en Communication
Q
Coaching en Communication
FAIS DES EFFORTS ! (Injonctions et Drivers)

FAIS DES EFFORTS ! (Injonctions et Drivers)

FAIS DES EFFORTS ! (Injonctions et Drivers) Fais un effort, quand on veut on peut… On n’a rien sans rien… Dans la vie il faut travailler dur… Si vous avez baigné dans un système familial, scolaire ou culturel qui a valorisé le « Fais des Efforts », peut-être...

FAIS PLAISIR ! (Injonctions et Drivers)

FAIS PLAISIR ! (Injonctions et Drivers)

FAIS PLAISIR ! (Injonctions et Drivers) Prête ton jouet, ne sois pas égoïste… Sois gentil avec ton ami, ta petite sœur… Dis bonjour à Tante Paulette… Si vous avez été dans un système familial, scolaire ou culturel où il fallait être gentil, poli et faire passer les...

 

Bonjour,

 

Prête ton jouet, ne sois pas égoïste…

Sois gentil avec ton ami, ta petite sœur…

Dis bonjour à Tante Paulette…

Dès que nous sommes entrés dans l’univers social au parc, à la garderie ou simplement avec nos frères, sœurs ou cousins… nous avons entendu les « Sois gentil », appris les règles de politesse, et parfois à dire bonjour ou à prêter notre jouet quand nous n’en avions vraiment pas envie !

Et aujourd’hui vous avez peut-être du mal à dire non à un collègue qui vous demande un service le soir au moment où vous quittez le boulot, ou à prendre une décision difficile en voulant faire plaisir à tout le monde.

Oh le « sois gentil » n’était pas seul, nous avons baigné dans un monde de principes éducatifs via nos parents, l’école, le sport et de manière générale la culture et l’environnement ambiants. Il y a par exemple aussi les messages de type « sois parfait » ou « sois fort », j’ai fait différentes vidéos sur ces principes et leur impact dans notre vie.

 

Permissions, Injonctions et Drivers

Donc aujourd’hui je vous parle d’Injonctions, de Drivers et de tous ces messages inconscients qui nous polluent souvent la vie…

Les concepts de Permissions et d’Injonctions ont été développés dans le grand courant de l’Analyse Transactionnelle : il s’agit de messages inconscients verbaux ou non-verbaux délivrés par les figures parentales et l’environnement à l’enfant qui va en sélectionner et interpréter certains. 

Les Injonctions

Habituellement on liste 13 injonctions et en voici quelques-unes pour comprendre comment cela peut structurer notre vision de nous-même et du monde :

« N’existe pas ! », c’est-à-dire sois transparent, fais-toi oublier 

« Ne sois pas toi-même » : fais comme tout le monde, ou comme ton père, ta mère…

« Ne sois pas un enfant », ne t’amuse pas, la vie ce n’est pas drôle

« N’aie pas de valeur » : sois modeste, ne te mets pas en avant…

Un sujet passionnant où tout le monde se reconnait !

 

Les Contre-Injonctions et Drivers

Étape suivante : pour lutter contre ces injonctions, nous élaborons des contre-injonctions ou messages contraignants qui se traduisent par des croyances, des principes et des comportements.

Par exemple par rapport à l’injonction Ne sois pas un enfant », je vais développer une croyance comme quoi même enfant, il faut être sérieux, éventuellement s’occuper des autres, être déjà un adulte responsable. Et ensuite avoir du mal à m’autoriser à être insouciant et à s’amuser.

Taibi Kahler – le créateur du Modèle de la Process Communication - a ensuite synthétisé cela en créant le concept de Drivers qui sont des règles de comportements qui deviennent des sortes de pilotes automatiques.

Il y a en 5 : Sois Fort, Sois Parfait, Fais Efforts, Dépêche-toi et… Fais Plaisir.

 

Le Driver « Fais Plaisir »

J’en viens donc au Driver « Fais Plaisir » et comment cela se traduit dans notre vie.

Vous vous souvenez, dès l’enfance nous baignons dans des tas d’injonctions.

En l’occurrence, le « Fais Plaisir » ou « Sois gentil » est tellement classique dans certaines familles ou fratries.

Et une personne se retrouve ainsi à s’occuper des tâches ménagères à la place des autres. Mais si cela me fait plaisir d’aider…

 

Donc nous sélectionnons et interprétons ce qui se passe autour de nous puis nous développons des croyances et des stratégies d’adaptation.

Si être gentil et faire passer ses besoins derrière ceux des autres a été une stratégie qui a bien fonctionné pour recueillir de l’attention et de l’amour, je l’ai peut-être surdéveloppée.

Et cela peut se traduire par des croyances du type :

  • J’ai de la valeur si je suis généreux
  • Je serai aimé(e) si je fais plaisir à l’autre

 

Pour évaluer si le Driver « Fais Plaisir » est très développé chez vous, vous pouvez vous poser les questions suivantes :

  • Est-ce que vous avez tendance à offrir votre aide facilement, même si vous avez autre chose à faire ? Et faire passer les autres en premier par rapport à vous-même.
  • Est-ce que vous avez tendance à offrir votre aide même si on ne vous l’a pas demandé ? Avec le risque de rentrer dans le rôle du Sauveur.
  • Est-ce que vous avez du mal à dire non à une demande ? Et à mettre vos limites.
  • Comment vous sentez-vous face à une décision où vous devez choisir entre 2 options soutenues par 2 personnes que vous appréciez ?

 

Tant que tout va bien, c’est inconscient et quasi invisible.

Un Driver « Fais Plaisir » bien développé vous permettra sans doute d’avoir une belle écoute, une grande empathie, la capacité de créer du lien social facilement et de développer des amitiés profondes…

 

Le Driver Fais Plaisir sous stress :

Mais sous stress – par exemple si j’ai l’impression que les autres sont hostiles, le Driver « Fais Plaisir » s’active et cela devient vite contre-productif : j’en fais trop, je me sur adapte aux autres qui passent donc en premier dans ma vie, et même je me dévalorise.

Par exemple dans une prise de poste, j’en fait trop pour me faire accepter, m’intégrer et je commence à aider tout le monde, avec le risque de me faire utiliser et au final de ne pas faire correctement mon propre travail.

Si vous combinez cela avec un autre message contraignant par exemple le « Sois parfait » ou « Sois fort », je vais travailler comme une folle et / ou ne jamais me plaindre. Ce qui peut être la voie royale vers l’épuisement professionnel.

Et évidemment si les personnes autour de vous en profitent, vous pouvez rentrer dans des relations assez toxiques : je deviens la bonne poire de l’équipe (ou de mon ou ma chef), celle qui reste régulièrement le soir quand il y a un coup de bourre. Et c’est devenu normal pour les autres.

Si vous avez vécu le burn-out du ou de la gentille perfectionniste dans un monde de brutes, vous savez de quoi je parle.

 

Comment mieux gérer le Driver « Fais Plaisir » ?

Donc vient la question fondamentale : comment je gère et utilise au mieux mon Driver « Fais Plaisir » ?

La 1ère étape est de prendre conscience du « Fais Plaisir » et de son impact dans votre vie, positif et négatif. Et de repérer vos comportements typiques qui y sont associés. D’où cette vidéo.

La 2ème étape, c’est de travailler au rééquilibrage de ce message contraignant en intégrant et en valorisant des permissions libératrices.

Par exemple, tu as le droit de penser aussi à toi, tu as le droit de te faire plaisir, tu peux dire non…

Pour ensuite changer vos comportements contre-productifs.

Et ce n’est pas toujours facile, car cela peut être bien ancré en vous, et chez les autres.

Cela veut dire notamment :

  • Travailler sur votre estime de vous-même de manière générale,
  • Comment vous remettre plus en priorité dans votre propre vie et prendre soin de vous,
  • Identifier les situations et relations où vous votre « Fais Plaisir » est bénéfique mais aussi celles que vous souhaitez changer. Et définir alors un objectif et un plan d’action précis.
  • Travailler votre rapport au conflit pour mieux vous affirmer et exprimer vos frustrations éventuelles, surtout si on vous a répété qu’être en colère ce n’est pas bien (je n’y reviens pas, j’ai fait une vidéo sur le sujet),

En vous préparant à gérer une certaine résistance autour de vous car cela pouvait être bien confortable pour certains, non ?

 

Le Coaching peut vous aider :

Vous vous êtes reconnu dans le Driver « Fais Plaisir » ?

Si vous avez pris conscience que c’est urgent pour vous de travailler sur le sujet, pour mieux mettre vos limites et respecter vos propres besoins, pour de meilleures relations interpersonnelles, le Coaching peut vous aider, contactez-nous…

 

Si ces sujets de psychologie appliquée et de coaching vous intéressent, abonnez-vous maintenant à ma chaine, en activant les notifications pour être prévenu des prochaines vidéos.

Et vous pouvez vous inscrire également à ma Lettre d’Inspiration mensuelle avec le lien ci-dessous.

 

A bientôt.

A bientôt.

Guillemette Moreau, Coach de Dirigeants et Coach de Carrière.

SOIS FORT ! (Injonctions et Drivers)

SOIS FORT ! (Injonctions et Drivers)

SOIS FORT ! (Injonctions et Drivers) Dans la vie il faut se battre… Si vous avez baigné dans un système familial, scolaire ou culturel qui a valorisé le « Sois Fort », peut-être qu’aujourd’hui vous êtes un battant ou une battante, compétitif et performant......

SOIS PARFAIT ! (Injonctions et Drivers)

SOIS PARFAIT ! (Injonctions et Drivers)

SOIS PARFAIT ! (Injonctions et Drivers) C’est pas mal mais tu aurais pu mieux faire… Évidemment ce n’était pas toujours aussi clairement dit, mais si vous avez été dans un système familial, scolaire ou culturel où ce que vous faisiez n’était jamais assez bien, le...

GM Inspiration icon forest  Envie d'inspiration...?

Abonnez-vous à ma LETTRE D'INSPIRATION MENSUELLE

Lettre d'Inspiration

Tous les mois, je choisis un thème et suis heureuse de vous envoyer mes vidéos, références de livres, etc... pour vous inspirer dans votre vie professionnelle ou personnelle..."

Share This