DISCOURS INTÉRIEUR, Émotions et Stress

Aujourd’hui, je veux vous parler de l’importance de notre discours intérieur et donc de nos filtres et interprétations dans nos émotions et dans notre stress…

DISCOURS INTÉRIEUR, Émotions et Stress (Version Audio)

DISCOURS INTÉRIEUR, Émotions et Stress (Version Texte) :

 

Bonjour,

 

Aujourd’hui, je veux vous parler de l’importance de notre discours intérieur et donc de nos filtres et interprétations dans nos émotions et dans notre stress.

C’est un principe de base de l’approche cognitive.

 

Qu’est-ce que le Discours Intérieur ?

Le discours intérieur, ce sont toutes les pensées, idées ou même dialogues internes qui se déroulent dans notre esprit de manière silencieuse.

Cela peut être des mots, des vraies phrases mais aussi des images mentales, parfois de manière consciente quand on se raconte une histoire, un événement passé ou en se projetant dans le futur.
Mais aussi de manière inconsciente où tout d’un coup, on se rend compte que notre esprit est passé d’une idée à l’autre et que nous avons perdu le fil…

Cela va nous aider à évaluer des situations, résoudre des problèmes, prendre des décisions, planifier notre action mais aussi à réfléchir sur nous-mêmes ou réguler nos émotions.

Mais notre discours intérieur n’est pas forcément très objectif, il peut être influencé par nos croyances, nos expériences passées et nos préjugés qui vont servir de filtres et de base à notre interprétation à la réalité.

 

Comment nos filtres et interprétations influencent notre discours intérieur

Prenons un exemple.

Si la personne que vous attendez est en retard à votre RV et que vous êtes irrité puis en colère, pouvez-vous dire que c’est à cause de cette personne que vous êtes en colère ?

En fait NON 😊, c’est à cause de votre discours intérieur.

C’est que le retard a été interprété via un filtre, par exemple le filtre de la valeur « respect » et cela a créé un discours intérieur du style « il est vraiment gonflé, de toute façon il n’en a rien à faire des autres, il pourrait quand même avoir la décence d’appeler pour prévenir, etc… ».
Et quand nos valeurs sont choquées, cela crée en général de la frustration et de la colère.

 

La preuve que c’est votre interprétation qui crée le discours intérieur et l’émotion, c’est que si vous changez le filtre face à une même situation, le discours intérieur et l’émotion peuvent changer.

Par exemple la version inquiétude : « j’espère qu’il ne lui est rien arrivé. C’est tellement imprudent d’être en vélo en ville, un accident est si vite arrivé… »

Ou bien la version culpabilité : « il doit être perdu, j’aurais dû confirmer, c’est de ma faute… »

Mais il peut y avoir aussi des versions positives : « cela tombe bien, j’ai un bon bouquin, cela va me permettre de prendre un petit break… ».

Bon, vous avez compris… ce ne sont pas les faits ou les autres qui créent nos émotions et notre stress, mais nos interprétations et notre discours intérieur.

Et Hans Selye qui a créé le concept de stress le disait déjà : « Ce qui est important, ce n’est pas ce qui nous arrive mais la manière dont on le prend… » ce qui reprend des philosophies bien plus anciennes.

 

Discours Intérieur et Stress

Que faire quand vous vous rendez compte que votre discours intérieur crée du stress ?

Attention, le stress n’est pas toujours négatif, il peut être positif. J’ai fait une vidéo sur ce sujet si vous voulez plus de détails…

Mais en général le discours intérieur nous gêne quand il engendre du stress négatif en créant de la peur ou de l’anxiété, une perte de ses ressources, une perte de confiance en soi…

Et si je ne me sens pas capable de faire face à la situation, le stress négatif embarque avec une spirale où nous perdons nos moyens, le stress augmente encore plus, etc…

D’ailleurs, si vos pensées négatives tournent en boucle, que votre stress est important, handicapant, ou que vous avez des crises de panique, consultez votre médecin ou un psychologue.

Prendre conscience de son Discours Intérieur

Mais imaginons que vous avez des réactions de stress typiques, quasi automatiques, comme dans mon exemple de la personne en retard.

Le problème, c’est que tout cela va très vite et donc c’est en général a posteriori que nous pouvons analyser ce qui s’est passé.
Pour apprendre quels sont nos déclencheurs typiques et les « autoroutes émotionnelles » qui en découlent.

Avec mes clients, j’appelle cela comprendre nos orteils sensibles.

Il y a des outils bien utiles pour aider à prendre conscience de notre discours intérieur :

La pratique de la pleine conscience et de la méditation permet d’observer nos pensées de manière détachée et plus bienveillante, pour identifier les schémas négatifs et ensuite les remplacer par des pensées plus positives et réalistes.

Vous pouvez aussi travailler avec une sorte de carnet de bord pendant quelques jours et quand vous avez eu l’impression de vous faire déborder émotionnellement ou que vous êtes rentré en stress de noter ce qui s’est passé mais en remontant le chemin :

  • D’abord noter votre réaction, qu’est-ce que vous avez senti dans votre corps, ce que vous avez fait, ce que vous avez dit. Par exemple, j’étais tendu musculairement, j’ai coupé la parole à mon collègue de manière abrupte.
  • Ensuite d’identifier l’émotion qui était là : la frustration parce-que ce collègue parlait depuis trop longtemps à mon goût, ou bien la peur de ne pas pouvoir défendre mon point de vue avant que la réunion se termine.
  • Et de remonter à l’interprétation : il veut toujours être la vedette, ou bien je me fais toujours avoir dans ces réunions.
  • Pour identifier le besoin bafoué : le respect, le besoin de reconnaissance, etc…

 

Analyser votre Discours Intérieur

Et de manière intéressante, en notant régulièrement ce genre de scène, vous allez repérer des réactions types, et surtout comprendre vos besoins psychologiques les plus sensibles.

Pour ensuite anticiper les situations délicates.

Par exemple, je suis sensible à la ponctualité – la politesse des rois n’est-ce pas – et j’interprète vite les retards comme un manque de respect envers moi ou un manque de compétence de l’autre personne.

J’ai donc développé 2 antidotes :

  • Tout d’abord je préviens mes partenaires et interlocuteurs que c’est un point sensible chez moi. Cela sert toujours de clarifier nos attentes.
  • Et j’ai toujours un bon livre dans mon sac à main, cela m’aide à rester zen par rapport aux retards… Enfin presque 😊

 

Changer son discours intérieur

L’enjeu est donc de changer notre discours intérieur négatif, celui qui nous coupe les pattes ou nous déprime.

Mais cela ne se fait pas comme cela juste par volonté et en se répétant des messages positifs du style « je suis super bonne et je vais y arriver ».
Si au fond de vous, vous n’y croyez pas, c’est un cataplasme sur une jambe de bois et en plus, comme vous ne verrez pas d’amélioration, cela risque de vous déprimer ou de vous faire douter encore plus de vous.

Donc il va falloir travailler souvent au niveau de la confiance en soi, et même de l’estime de soi, et cela demande en général de se faire accompagner par un thérapeute ou un coach.

Pour cela, vous irez travailler sur vos croyances limitantes ou l’image de vous-même.

Et ensuite avec ce qu’on appelle la restructuration cognitive :
Lorsque vous serez confronté à une pensée négative, vous pourrez travailler à la remettre en question de manière objective, notamment en changeant de perspective.

Et puis aussi sur la manière dont vous vous parlez.
« Tu es vraiment trop bête, tu es nulle… »
Est-ce que vous diriez cela à votre meilleur ami(e) ?

 

Parfois, si votre environnement personnel ou professionnel est trop négatif et vous plombe en permanence, il faudra peut-être passer à l’action pour vous entourer de personnes plus positives et encourageantes.

 

Bref cette notion de discours intérieur, et son rapport au stress, est un sujet passionnant – enfin je trouve – pour mieux comprendre comment nous fonctionnons et développer la conscience de soi et la maitrise de soi.

Si vous avez envie de travailler sur vous-même et sur votre discours intérieur, le coaching peut vous aider, contactez-nous !

 

Si ces sujets de psychologie appliquée et de coaching vous intéressent, abonnez-vous maintenant à ma chaine, en activant les notifications pour être prévenu des prochaines vidéos.

Et vous pouvez vous inscrire également à ma Lettre d’Inspiration mensuelle avec le lien ci-dessous.

 

A bientôt !

Guillemette Moreau, Coach de Dirigeants et Coach de Carrière.

Q
Coaching pour la Gestion du Stress
Q
Coaching pour la Gestion du Stress
FAIS PLAISIR ! (Injonctions et Drivers)

FAIS PLAISIR ! (Injonctions et Drivers)

FAIS PLAISIR ! (Injonctions et Drivers) Prête ton jouet, ne sois pas égoïste… Sois gentil avec ton ami, ta petite sœur… Dis bonjour à Tante Paulette… Si vous avez été dans un système familial, scolaire ou culturel où il fallait être gentil, poli et faire passer les...

SOIS FORT ! (Injonctions et Drivers)

SOIS FORT ! (Injonctions et Drivers)

SOIS FORT ! (Injonctions et Drivers) Dans la vie il faut se battre… Si vous avez baigné dans un système familial, scolaire ou culturel qui a valorisé le « Sois Fort », peut-être qu’aujourd’hui vous êtes un battant ou une battante, compétitif et performant......

 

Bonjour,

 

Prête ton jouet, ne sois pas égoïste…

Sois gentil avec ton ami, ta petite sœur…

Dis bonjour à Tante Paulette…

Dès que nous sommes entrés dans l’univers social au parc, à la garderie ou simplement avec nos frères, sœurs ou cousins… nous avons entendu les « Sois gentil », appris les règles de politesse, et parfois à dire bonjour ou à prêter notre jouet quand nous n’en avions vraiment pas envie !

Et aujourd’hui vous avez peut-être du mal à dire non à un collègue qui vous demande un service le soir au moment où vous quittez le boulot, ou à prendre une décision difficile en voulant faire plaisir à tout le monde.

Oh le « sois gentil » n’était pas seul, nous avons baigné dans un monde de principes éducatifs via nos parents, l’école, le sport et de manière générale la culture et l’environnement ambiants. Il y a par exemple aussi les messages de type « sois parfait » ou « sois fort », j’ai fait différentes vidéos sur ces principes et leur impact dans notre vie.

 

Permissions, Injonctions et Drivers

Donc aujourd’hui je vous parle d’Injonctions, de Drivers et de tous ces messages inconscients qui nous polluent souvent la vie…

Les concepts de Permissions et d’Injonctions ont été développés dans le grand courant de l’Analyse Transactionnelle : il s’agit de messages inconscients verbaux ou non-verbaux délivrés par les figures parentales et l’environnement à l’enfant qui va en sélectionner et interpréter certains. 

Les Injonctions

Habituellement on liste 13 injonctions et en voici quelques-unes pour comprendre comment cela peut structurer notre vision de nous-même et du monde :

« N’existe pas ! », c’est-à-dire sois transparent, fais-toi oublier 

« Ne sois pas toi-même » : fais comme tout le monde, ou comme ton père, ta mère…

« Ne sois pas un enfant », ne t’amuse pas, la vie ce n’est pas drôle

« N’aie pas de valeur » : sois modeste, ne te mets pas en avant…

Un sujet passionnant où tout le monde se reconnait !

 

Les Contre-Injonctions et Drivers

Étape suivante : pour lutter contre ces injonctions, nous élaborons des contre-injonctions ou messages contraignants qui se traduisent par des croyances, des principes et des comportements.

Par exemple par rapport à l’injonction Ne sois pas un enfant », je vais développer une croyance comme quoi même enfant, il faut être sérieux, éventuellement s’occuper des autres, être déjà un adulte responsable. Et ensuite avoir du mal à m’autoriser à être insouciant et à s’amuser.

Taibi Kahler – le créateur du Modèle de la Process Communication - a ensuite synthétisé cela en créant le concept de Drivers qui sont des règles de comportements qui deviennent des sortes de pilotes automatiques.

Il y a en 5 : Sois Fort, Sois Parfait, Fais Efforts, Dépêche-toi et… Fais Plaisir.

 

Le Driver « Fais Plaisir »

J’en viens donc au Driver « Fais Plaisir » et comment cela se traduit dans notre vie.

Vous vous souvenez, dès l’enfance nous baignons dans des tas d’injonctions.

En l’occurrence, le « Fais Plaisir » ou « Sois gentil » est tellement classique dans certaines familles ou fratries.

Et une personne se retrouve ainsi à s’occuper des tâches ménagères à la place des autres. Mais si cela me fait plaisir d’aider…

 

Donc nous sélectionnons et interprétons ce qui se passe autour de nous puis nous développons des croyances et des stratégies d’adaptation.

Si être gentil et faire passer ses besoins derrière ceux des autres a été une stratégie qui a bien fonctionné pour recueillir de l’attention et de l’amour, je l’ai peut-être surdéveloppée.

Et cela peut se traduire par des croyances du type :

  • J’ai de la valeur si je suis généreux
  • Je serai aimé(e) si je fais plaisir à l’autre

 

Pour évaluer si le Driver « Fais Plaisir » est très développé chez vous, vous pouvez vous poser les questions suivantes :

  • Est-ce que vous avez tendance à offrir votre aide facilement, même si vous avez autre chose à faire ? Et faire passer les autres en premier par rapport à vous-même.
  • Est-ce que vous avez tendance à offrir votre aide même si on ne vous l’a pas demandé ? Avec le risque de rentrer dans le rôle du Sauveur.
  • Est-ce que vous avez du mal à dire non à une demande ? Et à mettre vos limites.
  • Comment vous sentez-vous face à une décision où vous devez choisir entre 2 options soutenues par 2 personnes que vous appréciez ?

 

Tant que tout va bien, c’est inconscient et quasi invisible.

Un Driver « Fais Plaisir » bien développé vous permettra sans doute d’avoir une belle écoute, une grande empathie, la capacité de créer du lien social facilement et de développer des amitiés profondes…

 

Le Driver Fais Plaisir sous stress :

Mais sous stress – par exemple si j’ai l’impression que les autres sont hostiles, le Driver « Fais Plaisir » s’active et cela devient vite contre-productif : j’en fais trop, je me sur adapte aux autres qui passent donc en premier dans ma vie, et même je me dévalorise.

Par exemple dans une prise de poste, j’en fait trop pour me faire accepter, m’intégrer et je commence à aider tout le monde, avec le risque de me faire utiliser et au final de ne pas faire correctement mon propre travail.

Si vous combinez cela avec un autre message contraignant par exemple le « Sois parfait » ou « Sois fort », je vais travailler comme une folle et / ou ne jamais me plaindre. Ce qui peut être la voie royale vers l’épuisement professionnel.

Et évidemment si les personnes autour de vous en profitent, vous pouvez rentrer dans des relations assez toxiques : je deviens la bonne poire de l’équipe (ou de mon ou ma chef), celle qui reste régulièrement le soir quand il y a un coup de bourre. Et c’est devenu normal pour les autres.

Si vous avez vécu le burn-out du ou de la gentille perfectionniste dans un monde de brutes, vous savez de quoi je parle.

 

Comment mieux gérer le Driver « Fais Plaisir » ?

Donc vient la question fondamentale : comment je gère et utilise au mieux mon Driver « Fais Plaisir » ?

La 1ère étape est de prendre conscience du « Fais Plaisir » et de son impact dans votre vie, positif et négatif. Et de repérer vos comportements typiques qui y sont associés. D’où cette vidéo.

La 2ème étape, c’est de travailler au rééquilibrage de ce message contraignant en intégrant et en valorisant des permissions libératrices.

Par exemple, tu as le droit de penser aussi à toi, tu as le droit de te faire plaisir, tu peux dire non…

Pour ensuite changer vos comportements contre-productifs.

Et ce n’est pas toujours facile, car cela peut être bien ancré en vous, et chez les autres.

Cela veut dire notamment :

  • Travailler sur votre estime de vous-même de manière générale,
  • Comment vous remettre plus en priorité dans votre propre vie et prendre soin de vous,
  • Identifier les situations et relations où vous votre « Fais Plaisir » est bénéfique mais aussi celles que vous souhaitez changer. Et définir alors un objectif et un plan d’action précis.
  • Travailler votre rapport au conflit pour mieux vous affirmer et exprimer vos frustrations éventuelles, surtout si on vous a répété qu’être en colère ce n’est pas bien (je n’y reviens pas, j’ai fait une vidéo sur le sujet),

En vous préparant à gérer une certaine résistance autour de vous car cela pouvait être bien confortable pour certains, non ?

 

Le Coaching peut vous aider :

Vous vous êtes reconnu dans le Driver « Fais Plaisir » ?

Si vous avez pris conscience que c’est urgent pour vous de travailler sur le sujet, pour mieux mettre vos limites et respecter vos propres besoins, pour de meilleures relations interpersonnelles, le Coaching peut vous aider, contactez-nous…

 

Si ces sujets de psychologie appliquée et de coaching vous intéressent, abonnez-vous maintenant à ma chaine, en activant les notifications pour être prévenu des prochaines vidéos.

Et vous pouvez vous inscrire également à ma Lettre d’Inspiration mensuelle avec le lien ci-dessous.

 

A bientôt.

A bientôt.

Guillemette Moreau, Coach de Dirigeants et Coach de Carrière.

SOIS PARFAIT ! (Injonctions et Drivers)

SOIS PARFAIT ! (Injonctions et Drivers)

SOIS PARFAIT ! (Injonctions et Drivers) C’est pas mal mais tu aurais pu mieux faire… Évidemment ce n’était pas toujours aussi clairement dit, mais si vous avez été dans un système familial, scolaire ou culturel où ce que vous faisiez n’était jamais assez bien, le...

Faites votre BILAN ANNUEL (Coaching)

Faites votre BILAN ANNUEL (Coaching)

Bonjour, C'est la fin d'année ? Le début d'une nouvelle ? Le bon moment pour prendre du recul et faire un bilan de l'année écoulée, et se projeter vers le futur... Pour vous guider dans cet exercice, j'ai développé un document qu'il me fait plaisir de vous offrir......

GM Inspiration icon forest  Envie d'inspiration...?

Abonnez-vous à ma LETTRE D'INSPIRATION MENSUELLE

Lettre d'Inspiration

Tous les mois, je choisis un thème et suis heureuse de vous envoyer mes vidéos, références de livres, etc... pour vous inspirer dans votre vie professionnelle ou personnelle..."

Share This