BURN OUT : Je m’épuise au travail

Comment repérer un burn out et que faire face à un épuisement professionnel pour vous-même ou pour quelqu’un de votre entourage…

Vous souhaitez reprendre le contrôle de votre vie professionnelle ?
Avoir plus de sens et de satisfaction au travail ?

BURN OUT : Je m’épuise au travail (Version Audio)

Formation
  • LinkedIn
  • Facebook
  • Gmail
Vous êtes intéressé par du coaching pour vous-même ou pour des membres de votre organisation? Faisons connaissance...

  • LinkedIn
  • Facebook
  • Gmail
  Envie d'inspiration...?

Inscrivez-vous à ma LETTRE D'INSPIRATION MENSUELLE

BURN OUT : Je m’épuise au travail (Version Texte) :

 

Bonjour,

 

L’épuisement professionnel : un sujet d’actualité

La souffrance au travail est malheureusement un sujet d’actualité : près d’un salarié sur 5 en France déclare avoir vécu un burn out, et cela touche aussi les indépendants, les entrepreneurs, les étudiants qui ne sont souvent pas dans ces statistiques.

En tant que coach je suis au contact avec des gens qui souffrent ou ont souffert au travail.

Mais tant qu’elles « tiennent », les personnes concernées sont souvent les moins lucides par rapport à leur situation.

D’où cette vidéo pour vous aider à prendre conscience du danger si vous êtes déjà en surmenage.
Et aussi pour repérer autour de vous les proches ou les collègues qui sont en train de rentrer dans une spirale d’épuisement professionnel.

 

Le cercle vicieux du burn out :

Car il s’agit bien d’un cercle vicieux.

Au départ une grosse charge de travail, du stress… un simple « coup de bourre ».

Qui devient la norme : des journées à rallonge, le sandwich à la va-vite devant l’ordinateur le midi, un stress chronique si bien qu’on a du mal à récupérer la nuit, à décrocher en fin de semaine.

Les personnes très engagées dans leur travail, grosses bosseuses, perfectionnistes et ayant du mal à dire non sont évidemment plus facilement « hameçonnées ».

 

Les facteurs aggravants de l’épuisement professionnel :

Ensuite il y a des facteurs aggravants :

  • Le manque de moyens pour atteindre vos objectifs :
    Cela peut être des moyens externes – du personnel, des budgets – ou des ressources personnelles quand on est jeté dans un sujet sans avoir été briefé ou sans avoir les compétences,
  • L’incompréhension, manque de reconnaissance de sa hiérarchie, ou pire la dévalorisation.
    Quand vous demandez des ressources et que votre boss vous demande de mieux définir vos priorités.
    Ce serait donc vous le problème ?
    Peur de l’incompétence, peur de l’évaluation, vous qui avez toujours super performé, et vous mettez les bouchées doubles.
  • Le sentiment d’impuissance aussi face à des décisions qui vous concernent et que vous subissez.
    D’où la sensation de perte de contrôle, d’être au bon vouloir de décideurs pas forcément compétents à vos yeux.
  • Parfois aussi une goutte qui fait déborder le vase :
    Comme le sentiment d’injustice quand un collègue pas forcément plus efficace mais sans doute plus politique reçoit plus de reconnaissance.
  • Enfin ce qui vient maintenant quasiment en 1er dans mes demandes de coaching de carrière : le manque de sens de mon travail : à quoi je sers ?

Et si vous rajoutez un environnement hostile, un supérieur ou un collègue toxique, ou des problèmes personnels, c’est l’engrenage infernal.

 

Quels sont les signes et symptômes de burn out ?

Comme nous avons tendance à nous aveugler, c’est notre corps qui va réagir et nous envoyer des messages, de plus en plus forts…

Tout d’abord au niveau physiologique, les symptômes classiques du stress :

  • Troubles du sommeil : des difficultés à s’endormir, des réveils nocturnes, un sommeil peu réparateur et une grosse fatigue le matin,
  • Tensions musculaires, maux de tête, migraines
  • Troubles de la digestion, troubles de la libido.
  • Du côté émotionnel, l’anxiété augmente – notamment le dimanche soir, ou le lundi matin -, l’agressivité, l’émotivité…

Mais souvent à ce moment-là les gens concernés ne font pas encore le lien avec un possible épuisement professionnel, sauf s’ils sont déjà passé par là.

C’est quand cela atteint les fonctions mentales avec des troubles de la mémoire ou des problèmes de concentration que les personnes commencent en général à s’inquiéter.

Mais avec le risque de vouloir compenser encore plus : je me rends compte que je suis moins efficace donc je bosse encore plus.

Et puis un jour, comme l’élastique trop tendu qui rompt, le corps lâche, le mental aussi.

Je n’arrive plus à me lever un matin, je loupe mon arrêt de métro et je reste là hagard à voir les stations défiler, je m’écroule en pleurs devant un inconnu à la caisse d’un magasin quand ce n’est pas un pétage de plombs mental au sens propre, avec cure de sommeil et médication d’urgence à la clé.

 

La nécessité d’agir face à un épuisement professionnel :

Pourquoi je vous décris tout cela ?

  • Si vous êtes concerné par du surmenage, je veux vous inciter à prendre conscience que ce n’est pas normal et à réagir. Même si je sais que vous me direz sans doute que c’est habituel dans votre métier, que c’est juste passager…
  • Et aussi à agir si vous êtes témoin de cette spirale négative, si vous voyez votre conjoint ou votre conjointe se renfermer, que vous subissez ses sautes d’humeur ou ses colères. Ou en tant que collègue, si vous voyez votre collègue disparaitre dans le boulot – et c’est là où il faut être vigilant – car un des symptômes avancés du burn-out est l’isolement dans le travail, ou même la dépersonnalisation.

C’est difficile parfois d’en parler directement surtout si la personne est dans le déni mais vous pouvez tirer la sonnette d’alarme auprès des ressources humaines, du manager, du syndicat…

Plus vous attendez, plus les dégâts seront importants, parfois difficilement réparables.

Donc même si vous vous faites rembarrer, agissez !

 

Alors, que faire face à un burn out ?

Si vous avez repéré un danger pour vous-même ou pour quelqu’un de votre entourage, il s’agit d’agir – et vite.

Car les médecins vous le diront, si c’est bien pris en charge, vous pouvez vous en sortir en quelques mois et sans trop de séquelles. Peut-être une fragilité mais pas de dégâts irréparables.

Un des problèmes, c’est que souvent cela touche justement des gens compétents, investis dans leur travail, qui réussissent, des gens forts, des supermen et wonderwomen qui ont toujours tout géré, même sur plusieurs fronts : le boulot bien sûr qui déborde, la famille, parfois des études en plus, la gestion des parents vieillissants…

Aller voir le médecin ? Je n’ai pas le temps pour cela…

Un arrêt maladie ? Cela ne se fait pas, d’ailleurs de n’ai jamais loupé une journée de boulot…

Ou bien cela serait un signe de faiblesse…

 

Ce qui n’aide pas, c’est que le diagnostic du médecin sera peut-être un « trouble de l’adaptation », oui c’est le terme officiel en tout cas au Québec.
Adaptation ? C’est donc moi qui ai un problème ?
Et aussi, même si cela rentre maintenant dans le vocabulaire courant, avez-vous vraiment envie de savoir que vous avez un problème de « santé mentale au travail » ?

Mais c’est justement pour cela qu’il faut en parler. Pour enlever les tabous et les peurs, et permettre de s’attaquer au problème.

 

Alerter et mettre des mots sur l’épuisement

Tout d’abord alerter et mettre des mots sur ce qui se passe.
Surmenage professionnel, stress chronique, épuisement…

Trouvez vos mots pour en parler à votre collègue ou votre proche, parlez du burn out et des gens autour de vous qui en ont souffert, faites suivre cette vidéo…

Insistez sur le fait que le burn-out concerne justement les gens compétents, investis, qui croient que leur corps est increvable, qui ne font plus de pauses-déjeuner ou checke leurs courriels professionnels à tout moment en fin de semaine…

Évidemment ils risquent de nier 1 fois, 2 fois mais quand les troubles physiologiques deviennent gênants, vous pouvez les pousser à consulter.

Si vous n’arrivez pas à convaincre la personne à faire une pause – soit en prenant quelques jours de repos de manière volontaire, soit en consultant son médecin – essayez de les aider à se reconnecter avec eux-mêmes : les inviter à sortir faire un tour le midi, à faire du sport, organiser des vacances familiales dans des endroits dépaysants, leur parler de méditation ou d’hypnose…

Pour les aider à sortir de la spirale infernale et de retrouver du temps pour eux.

 

Vous pouvez utiliser des métaphores, les images sont souvent plus fortes que les mots.
Avec mes clients, j’utilise par exemple celle du chêne et du roseau, vous savez la fable de La Fontaine sur le chêne fort, solide, avec de larges branches, du feuillage – mais donc de la prise au vent – qui résiste… jusqu’à ce que la tempête – la vraie – le déracine.

 

Se faire accompagner médicalement :

Si vous êtes vous-même sur le chemin du burn-out, faites-vous accompagner : médecin, psychologue, coach…
Pour vous forcer à passer à l’action et à faire des changements dans votre vie.

Un des 1ers enjeux est de réduire votre charge de travail et votre stress : apprendre à dire non, déléguer, mettre ses limites pour sauver vos soirées et votre vie de famille, programmer des moments pour soi. C’est facile à dire mais si vous êtes en plein surmenage, cela sera difficile à faire seul.

Une fois que vous aurez sorti la tête de l’eau et récupéré au moins en partie votre énergie, vous pourrez analyser comment vous en êtes arrivé là.
D’une part pour mieux vous connaitre et éviter dans le futur de retomber dans vos schémas.
D’autre part pour changer votre rapport au travail, redéfinir votre équilibre de vie, changer votre environnement, changer de chef, de job, voire d’organisation.

 

J’espère que cette vidéo vous aidera à repérer chez vous ou autour de vous le surmenage et la souffrance au travail pour intervenir, aller consulter ou inciter la personne en question à aller voir son médecin.

 

Si ces sujets sur la vie au travail vous interpellent, abonnez-vous maintenant à ma chaine, en activant les notifications pour être prévenu des prochaines vidéos.

Et vous pouvez vous inscrire également à ma Lettre d’Inspiration mensuelle avec le lien ci-dessous.

 

A bientôt !

 

Guillemette Moreau, Coach de Dirigeants et Coach de Carrière.

Vous souhaitez reprendre le contrôle de votre vie professionnelle ?
Avoir plus de sens et de satisfaction au travail ?

Le mythe de l’IKIGAI professionnel

Le mythe de l'IKIGAI professionnel En quoi le concept de IKIGAI peut nous aider à clarifier nos objectifs professionnels mais peut aussi devenir un mythe assez frustrant...Vous souhaitez reprendre le contrôle de votre vie professionnelle ?Avoir plus de sens et de...

BROWN OUT : Mon travail manque de SENS

BROWN OUT : Mon travail manque de SENS Mon travail ne sert à rien... Je ne sers à rien... L'épuisement professionnel par manque de sens ou brown out est insidieux...Vous souhaitez reprendre le contrôle de votre vie professionnelle ?Avoir plus de sens et de...

BORE OUT : Je m’ennuie au travail

BORE OUT : Je m'ennuie au travail Comment repérer le "bore out" et que faire face à un épuisement professionnel par l'ennui, pour vous-même ou pour quelqu’un de votre entourage...Vous souhaitez reprendre le contrôle de votre vie professionnelle ?Avoir plus de sens et...

L’Erreur Fondamentale d’Attribution

L'Erreur Fondamentale d'Attribution L’erreur fondamentale d’attribution est notre tendance à attribuer les actions des autres à leur caractéristiques personnelles ou leur intention... Un biais bien intéressant qui nous concerne tous !L'Erreur Fondamentale...

  • LinkedIn
  • Facebook
  • Gmail
  Envie d’inspiration…?

Inscrivez-vous à ma LETTRE D’INSPIRATION MENSUELLE

« Tous les mois, je choisis un thème et suis heureuse de vous envoyer mes vidéos, fiches de lecture, etc…
pour vous inspirer dans votre vie professionnelle ou personnelle… »

  • LinkedIn
  • Facebook
  • Gmail
Share This